AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
INSCRIPTION À L'INTRIGUE ICI
N'HÉSITEZ PAS À FAIRE REMONTER LA PUB BAZZART, VOUS SEREZ DES AMOURS!

Partagez | 
 

 VÉNUS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
MEACULPALM
PSEUDO : aquababe (elisa)
DATE D'ARRIVÉE : 19/06/2013
MESSAGES : 309
AVATAR : ninitte.
CRÉDITS : aquabébé.
ÂGE : 21 ans.
DANS MON BIRKIN :
un paquet de camel black, un dupont, un porte-feuille prada en cuir bleu roi avec à l'intérieur une american express centurion, des cartes de fidélité inutiles, quelques coupures de $100 et une photo d'une ex à poil qu'il avait doigté en regardant fight club.

DEREK PALMER
hasta la vista

MessageSujet: VÉNUS   Sam 21 Sep - 14:42


SOLITUDE
nom complet: soli norton. âge et lieu de naissance: 21 ans, né à mission viejo, une petite municipalité d'orange county (01/09/1991) nationalité et origines: d'origine russe du côté de sa mère, arina presnikova, il a grandi dans une famille juive traditionaliste (ashkénaze, אַשְׁכְּנַז) qui comme nombre d'autres juifs soviétiques des années 1970, réussit à obtenir un visa d'émigration en 1973; après avoir passé plusieurs mois en france et en autriche, la famille presnikova s'installe aux alentours des années 80 en californie, à los angeles. c'est en 85 que la jeune arina fera la rencontre du presque célèbre barry norton au cours d'un congrès judaïque à palm springs. la famille habitera à la cité des anges jusqu'à la naissance de la petite dernière de la famille, nonna (7 ans) pour venir se lover dans une villa sur ivine cove, réputée comme étant une des cinq maisons de la ville possèdant une parcelle de plage privée.  fortune: il est le fils du célèbre barry norton, star du football américain des années 1990-2000 chez les raiders d'oakland; il y occupait le rôle de quarterback. malheureusement pour la famille, aujourd'hui, on ne voit plus que de ce joueur que le scandale des stéroïdes, et ses records obtenus sur le dos de tricheries, et on a a tendance à oublier l’impact et la qualité du joueur. néanmoins, la fortune de la famille s'élève à plusieurs millions de dollars. une légende sportive, ça laisse des traces.  activité: conducteur de bolides onéreux, baiseur de putes sans capote,  bipolaire, rider amateur. groupe: somewhere. phrase fétiche: "drugs rule everything around me, dream, get the powder, drink another beer yo". état civil:  ain't a woman alive that could take my mommas place. adage de 2pac balancé dans dear mamma qui résume bien la situation. soli nique, baise, fornique, prend du plaisir, mais ne fait pas l'amour. quoi que, ne parlons pas trop vite, on n'ira pas dire "fontaine je ne boirai pas de ton eau". à savoir sur le personnage: à 12 ans, on lui détecte des troubles bipolaires de type 2. la bipolarité lui confère une personnalité dite lunaire, un côté soleil, un côté sombre; il peut passer du rire aux larmes, de la colère à l'anxiété en un claquement de doigt, même si la plupart du temps, il est plus mister hyde que dr. jekyll. soli est très violent, il décrit lui-même son passage sur terre comme une "putain de partie de cassage de dents". il a été de nombreuses fois confronté à la justice pour violence et détention de stups. il est très irritable, une simple remarque mal interprétée et il part au quart de tour. // sur son mollet droit, soli s'est fait tatouer à l'âge de 18 ans une poupée russe en honneur de ses racines. au dessus du téton gauche, il a une demi-lune et autour du poignet gauche un trait fin. son téton droit est quant à lui percé.  //   



il est 2h du matin, mathusalem de Belvedere et jeroboam de Dom Pérignon et de Jack ont pris d'assault l'énorme table de bois flotté, personne n'est encore réellement alcoolisé, tout le monde se préserve pour le moment où son flybabe viendrait à chafouiner avec vous et qu'on se laisserait tenter par une escapade chimérique dans un des bungalow de bord de mer. le Mansion prend ce soir des allures de Country Club 2.0, les mêmes mecs ceinturés d'Hermès et les mêmes pétasses en Manolo se pavanent sourire coké à travers les tables de la boîte pour montrer qu'ici, ils connaissent tout le monde, ces enfants de pute qui t'ont vu grandir, qui ont fréquenté respectivement El Morro, David Barner et St.Louis, comme toi; ces êtres de dollars qui font partie de ton existence en somme puisque si proches de toi. et toi... tu es toi. avec ta tignasse façon Nick Carter, ton t-shirt Acapulco rongé, ton chino camel et tes Janoski. tu te demandes ce que tu fous là, comment Derek a fait pour te trainer ici. mais entre nous, il a juste eu à dire "man, on a pas chillé ensemble depuis des lustres". Derek, lui, c'est ton homie, vous êtes tellement différents qu'on se demande pourquoi vous vivez une telle bromance tous les deux. il aime les brunch du dimanche matin au Montage encore alcoolisé de la veille, tu aimes les bloc parties de Mission Viejo, il aime porter des smoking qui lui confèrent une allure de pédale, tu aimes les tees troués et les jeans en pièces, il est le ying, tu es le yang. vous vous complétez à votre façon. ce mec c'est ton gros zdah, il t'apaise dans n'importe quelle situation. calabash de mort. tes bagues tintent contre le whisky pur que tu tiens entre tes doigts. oh Sol, ce soir, promet-moi que ça finit bien. tu le regardes en esquissant un sourire. trenks dude. tu avales une gorgée de ton précieux et quand tu reposes ton verre, ton regard est vivement attiré vers le bar. elle est là. ELLE est là. ses lèvres corail. ses cheveux ambre. ses iris absinthes. cette wahine qui a pris possession de ton âme depuis que tu l'as vu chez Nozbone. c'est improbable de la revoir et cette fois, tu te jures de ne pas louper l'occasion. il te faut un quart de seconde pour te décider à te lever et à fouler de tes jambes indécemment longues le parquet du Mansion. tu t'accoudes au comptoir et te crames une garrot. t'attends qu'elle capte ton regard. derrière les volutes de fumées âcres, sa présence, un shaker dans les mains. vous vous contemplez quelques secondes. salut. c'est le seul mot qui te sort de la bouche. tu te sens con sur le moment. on se connait? elle hausse les sourcils. Soli. tu lui tends la main qu'elle attrape avec une sorte d'appréhension totalement maitrisée et voulue. maintenant, oui. elle esquisse un sourire Nudie. tes doigts frôlent sa paume, il y a comme de l'électricité entre votre peau. je voul... on te tapote l'épaule, tu te retournes en mode warning dogg du style get off my dick et tu te retrouves face à un type qui te surplombe de presque une tête, ses cheveux grisonnant et son visage marqué montrent qu'il a bien des années de plus que toi. il a la dégaine du mec qui pourrait tout à fait être un pote à ton père avec sa grosse Jaeger Lecoultre qui brille à son poignet et ses mocassins Gucci. tu le regardes dans le blanc des yeux. peu importe qui est cet enculé, il vient te casser les couilles alors que tu viens de retrouver ta beauté sauvage. tu vois pas que j'étais en train de discuter? un rictus apparait sur les lèvres du type. moi j'ai à te parler, laisse la puttanella di côté. tu t'apprêtes à lui donner un coup de poing dans l'épaule, il t'attrape l'avant-bras. top top top top. tou vas m'écouter. primo, tu bouges une cil, Antonio, Gustavo e Enzo se feront une joie de t'abimer ta beauté russe. secondo, tou me dois une paquet de fric Soli, un fottuto sacco di soldi. je te... du fric? tu balances ta cigarette à ses pieds et craches le contenu de tes poumons vers lui. le seul fric que je dois, c'est à ta fille pour la nuit dernière. tout en disant cela, tu sors deux coupures de Benjamin de ton portefeuille et tu les glisses dans la poche de sa chemise. tu te retournes vers la dénommée Nudie qui n'a sûrement pas dû manquer une seconde de la scène. belle approche je disais donc... tu t'arrêtes brusquement. tu entends un cri derrière toi, encore une de ces salopes complètement pétée qui n'arrive pas à se gérer sous l'emprise de deux coupes de Roederer. quelque chose de froid coule dans ton dos. agréablement. puis une douleur lancinante te traverse. tu te retournes. le type est toujours derrière toi. une sorte de cutter bien plus classe que ceux qu'on trouve sur le bureau d'un écolier en main. tu ne comprends pas. tu ne réfléchis pas, tu ne réfléchis plus. tu n'es plus maître de toi-même. сын сука, я тебя убью! ton poing gauche s'élance pour venir s'écraser sur le nez de ce type. tu sens les os s'enfoncer sous ton coup en un craquement que même la musique a du mal à couvrir. tu bandes presque. ça te fait tellement d'effet de taper sur un mec, c'est encore mieux qu'un orgasme donné par Lana del Rey. il s'écroule au sol, du sang s'écoulant sur sa chemise blanche griffée. Geppetto, Carlito et Rico te sautent dessus. tu as le temps d'un coup de genou dans les couilles et d'une droite dans l'arcade que les videurs ont déjà repris le contrôle de la situation. deux veaux enlacent tes épaules pour contredire les "je vais te crever enculé" et les "fils de pute"  que tu balances en russe comme un psaume récité à Satan. tu te débats comme la gadji dans l'exorciste. tu craches. tu hurles. t'es en train de péter les plombs. la bande de pizzaiolos est elle aussi maitrisée. on t'escorte devant la boîte. tu commences à faire les 100 pas. tu profères des menaces dont même le vent se moque. une seule soirée je te demandais Soli, une seule putain. derek t'a rejoins. tu ne l'écoutes pas, ton dos te fait souffrir. tu as rarement souffert comme ça. appelle les pompiers svoloch.     


elisa/aquababe.

_____


LES POULES SONT COOL, COOL, COOL
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

VÉNUS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: FOCUS ON THE LONGRUN :: CORBEILLE-