AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
INSCRIPTION À L'INTRIGUE ICI
N'HÉSITEZ PAS À FAIRE REMONTER LA PUB BAZZART, VOUS SEREZ DES AMOURS!

Partagez | 
 

 look at you so fine make me high (jj)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
MEACULPALM
DATE D'ARRIVÉE : 06/10/2013
MESSAGES : 16
AVATAR : amber.
CRÉDITS : kidd.
ÂGE : 24 ans
YASMINA JOAO

MessageSujet: look at you so fine make me high (jj)   Ven 11 Oct - 22:05

Je verrouille l'iPhone que je balance au fond de mon sac à main comme si c'était une vieille chaussette alors qu'en vrai j'y tiens comme à la prunelle de mes yeux à ce truc. Winona et Nancy devraient arriver d'une minute à l'autre, elles m'ont dit. D'un geste assuré j'ouvre l'immense porte d'entrée de la villa avant d'aller directement me poser sur l'imposant sofa blanc que je squatte toujours lorsque je suis chez ma mère. J'invite toujours mes "amies" ici, de toute façon. C'est-à-dire que je me suis acheté mon appartement après que ma mère se soit fait plumer par tous ses mecs, tous plus intéressés les uns que les autres et ma mère aveuglée comme d'habitude. Alors évidemment, il y a une nette différence entre mon vingt-cinq mètres carrés que je loue dans le centre-ville et cette baraque géante qui appartient à ma mère. Voilà pourquoi j'fais toujours en sorte de passer ici le plus possible. Puisque c'est tout ce qu'il nous reste, de notre vie d'avant. Des fois j'me dis que j'en ai marre, que j'ai envie d'me barrer d'ici, de cette ville, loin de tous ces clichés ambulants et de ces garces sur pattes qui se pavanent croyant toutes être les reines du monde au bras de leurs salauds de mecs. Je joue à plus imbécile que je ne suis pour me fondre dans la masse, dans cette apparente superficialité qui surplombe Laguna Beach constamment. Les gens n'iront pas chercher plus loin avec moi, de toute façon, je le sais ; j'ai l'habitude. C'est débile, c'est futile, mais c'est nécessaire pour s'en sortir ici. Je souffle longuement pour relâcher la pression ; je n'ai pas arrêté aujourd'hui. Mes yeux se posent sur la piscine que j'entrevois à travers la baie vitrée qui prend toute l'aile gauche du salon. Limite je crois n'avoir même pas assez force pour me trainer jusque dans l'eau. Pauvre de moi. Je n'sais même pas où est maman. Qui sait peut-être a-t-elle un rendez-vous galant. Pour changer. Ah, maman. Oh et je me redresse d'un coup brusque lorsque j'entends un bruit bizarre venant de la terrasse. J'suis plutot paranoïaque comme fille, dans le genre. Puis je me détends à nouveau. Y'en a qu'un pour entrer par là, y'a que lui. Il m'a fait flipper l'idiot. « Tu sais faudra que t'apprennes un jour à entrer chez les gens par la porte. Tu sais, les portes ? » je m'affale à nouveau dans le sofa, tout en regardant d'un air amusé Joaquin qui vient de surgir dans le salon comme un voyou.

_____


you kiss the boys and make them high,
i want to make you mine, oh mine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEACULPALM
PSEUDO : silvia (odoyá)
DATE D'ARRIVÉE : 08/10/2013
MESSAGES : 23
AVATAR : eric
CRÉDITS : thug's mermaid
ÂGE : VINGT-DEUX ANS
DANS MON BIRKIN :
iphone, winston white, quetbri, 33$, CB, deux clefs sans trousseau, un pochon de weed sans weed, des slim, une revue musicale, persol, un bic qui marche pas, trois capotes, un bic qui marche ~

JOAQUIN JUNIOR

MessageSujet: Re: look at you so fine make me high (jj)   Ven 11 Oct - 23:15

Trois jours que j'ai perdu la notion du temps. J'vois plus le jour, j'vois plus la nuit. J'vois juste une succession d'heures, de verres, de joints, de rails. J'ai pas foutu les pieds dans un labo pour le taff depuis une bonne semaine. J'ai pas foutu les pieds chez mon père depuis dix jours. J'suis là, j'me dis que je contrôle, mais en réalité j'en sais foutrement rien. Parfois j'me laisse embarquer dans ces plans foireux qui puent la Laguna décadente. C'est laquelle ma chemise, j'me demande, en fouillant dans des fringues qui traînent par là. Même pas capable de me souvenir de comment j'étais sapé hier. J'me suis réveillé depuis une heure, j'me suis soustrait à la masse humaine de corps endormis et marqués par les déboires quotidiens. Putain, il est temps que j'me taille de cette baraque. J'en peux plus, j'étouffe. Clairement, j'commence à m'emmerder. Les orgies du genre ça va bien un moment, mais j'crois que j'ai atteint mon seuil de saturation maximum. Je réussis quand même à me dégoter une salle de bain pas trop crado et j'me douche vitef' avant de choper un tshirt et un futard que je juge être miens. J'me sape vite, j'péta une paire de lunettes de soleil qui traînent dans le coin et j'enfile mes pompes plus vite que buzz l'éclair. 100$ en poche, j'ai jamais été aussi riche. Merci le proprio d'la baraque qui dort encore entre ses deux blondasses refaites de la tête aux pieds. J'tente de me faire discret en quittant la propriété. J'ai l'impression de me prendre un électrochoc tandis que la brise du soir vient me caresser le visage. J'sais pas si c'est la fatigue qui me monte à la gueule, mais putain, j'me sens carrément bizarre là. Comme à chaque fois que je me casse de ce genre de soirées/journées. Je saurais même pas comment les qualifier autrement que "pièges à cons qui veulent se griller les neurones". Voilà. J'me demande encore comment on peut vouloir de moi pour les expériences en labo. J'sens qu'avec tout ce qui circule dans mon sang j'vais pas pouvoir bosser pendant le mois à venir. T'es con mon Jojo, j'me dis. Y'a une espèce de mélancolie qui se saisit de moi. Ca doit être la fin de journée, le soleil qui se couche, l'avenue déserte, le vent qui siffle entre les palmiers. J'en sais foutrement rien. J'passe devant cette baraque que je connais trop bien. J''hésite pas deux secondes avant de me faufiler comme le petit voyou que j'sais être. J'en ai passé des moments, dans l'coin. On va dire que je connais les bons spots pour rentrer discrètement. Enfin, discrètement, ça reste à voir. Je me prends une chaise dans le genou en atterrissant sur la terrasse. Pute. Pute. Pute. J'me répète en me tenant deux secondes le genou. J'enlève ma casquette et mes lunettes avant de rentrer dans la baraque. Histoire de. Trop repérable je suis, j'me dis tandis que Ya se fout déjà de moi. Trop mainstream je murmure en souriant à mon tour, un air de p'tit prétentieux collé à la gueule. J'me laisse tomber sur le sofa à ses côtés avant de m'étaler à moitié sur elle. J'ferme deux secondes mes yeux rougis et mes paupières lourdes crient au soulagement. Putain j'me sens bien là, elle est confortable la gamine. J'espère que j'dérange pas , j'continue, en bâillant un peu. On se fait une bouffe ? Ouais, je suis même prêt à inviter. Si c'est pas beau ça.


_____


    mais avant qu'ça arrive j'voudrais
    qu'tu saches que j'ai compris,
    que j'passe mes nuits entre
    cachetons et insomnies ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEACULPALM
DATE D'ARRIVÉE : 06/10/2013
MESSAGES : 16
AVATAR : amber.
CRÉDITS : kidd.
ÂGE : 24 ans
YASMINA JOAO

MessageSujet: Re: look at you so fine make me high (jj)   Sam 12 Oct - 22:46

J'suis sûre qu'elles viendront pas, t'façon. Elles auront encore oublié, ou eu autre chose à faire. De plus intéressant, de plus passionnant. Que d'venir chez moi pour squatter à rien faire. Ouais, whatever. C'est pas plus mal, ça va me permettre de récupérer pour de vrai. J'allonge mes jambes devant moi, je suis vraiment crevée de ma journée. Le boss était là aujourd'hui, if you know what i mean. J'allume la télé et regarde les images défiler et se suivre, d'un oeil détaché et peu concentré. Je me demande vraiment où est maman. J'me penche distraitement pour choper mon sac et le ramène sur mes genoux. Je checke mon téléphone. Trois appels en absence, mais qui ne sont pas d'elle évidemment. C'est mon boss. Il veut m'épouser ce mec, sérieusement. Qu'est-ce que c'est con, un homme. Il croit que je baise avec lui parce qu'il me plait, c'est hilarant. Puis j'entends un d'ces boucans. Y'a mon coeur qui fait un tour sur lui-même, en mode j'essaie de me sauver. Puis je m'détends à nouveau lorsque je comprends de qui il s'agit. Mainstream, ah oui ça lui va bien de dire ça, tout à fait son genre. J'me demande ce qu'il vient faire ici. A croire qu'il a oublié que je lui en veux un peu toujours. Mais il fait le malin, le petit Joa, il aime ça. « Alors, ça débarque comme ça ? » Pas que je n'y sois pas habituée, mais il doit sans doute y avoir une raison. Il s'emmerdait juste, sans doute. Le gars s'installe tranquille et s'affale sur moi, genre je suis chez moi. En même temps, cette maison a un peu été la sienne pendant sept mois. A croire qu'il ne s'en est pas détaché. J'ai envie de le claquer quand il s'ramène avec sa petite tête de prétentieux qui se croit le roi partout où il passe, comme ça, mais d'un côté ça lui va bien. « Le padre va bien ? » Je m'informe, avant de lui ébouriffer un peu les cheveux. Faut croire que parmi toutes les conquêtes de ma mère il doit être le seul que j'ai su apprécier. Son père, j'veux dire. Désintéressé fut sa qualité que j'ai préféré. Parfois j'regrette un peu qu'ils se soient laissés tomber comme ça. J'avais jamais vu ma mère si bien qu'avec lui, si elle-même. Quand Jojo propose de manger je me redresse, ça m'intéresse. « Genre, t'as vraiment besoin de me poser la question pour savoir ma réponse ? Tu peux commander direct. » Je donne un coup de mention en sa direction en souriant à demi. Après tout il peut faire comme chez lui, il connait la maison.

_____


you kiss the boys and make them high,
i want to make you mine, oh mine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEACULPALM
PSEUDO : silvia (odoyá)
DATE D'ARRIVÉE : 08/10/2013
MESSAGES : 23
AVATAR : eric
CRÉDITS : thug's mermaid
ÂGE : VINGT-DEUX ANS
DANS MON BIRKIN :
iphone, winston white, quetbri, 33$, CB, deux clefs sans trousseau, un pochon de weed sans weed, des slim, une revue musicale, persol, un bic qui marche pas, trois capotes, un bic qui marche ~

JOAQUIN JUNIOR

MessageSujet: Re: look at you so fine make me high (jj)   Dim 20 Oct - 13:30

Bah ouais, ça débarque comme ça. Pourquoi, j’ai pas le droit ? C’est bizarre d’me dire qu’ici ça a été mon chez moi pendant un bail et que maintenant tout est fini. Je squatte. J’suis pas vraiment en position de faire ça, théoriquement. Arriver par la terrasse et m’écraser sur ce canap’. J’me demande ce qu’en penserait le padre, justement. Mais je préfère pas me pencher sur le problème. De toute façon je suis encore trop foncecar pour avoir ce genre de pensées rationnelles. J’souris, ouais, j’souris l’air de rien. Parce que je suis content de la voir, Ya. On a passé pas mal de temps ensemble, mine de rien. J’peux dire que j’m’y suis attaché à cette fille. A sa compagnie. C’était pas gagné, pourtant. Je crois que je le lui ai fait comprendre. J’sais pas si elle m’en veut encore. J’espère pas. « Tu vas pas me virer quand même ? », j’demande, au cas où. Je lui adresse mon sourire le plus mignon histoire de faire chavirer son cœur. J’m’étale un peu plus sur le canapé et un peu moins sur elle. Sait-on jamais, que je la dérange. J’me détends un peu et relâche mon sourire crispé de petit con. Avoir traîné des journées non stop avec les rois de la frime ça me réussit pas. A la base j’suis pas comme ça moi, pas trop. J’suis un type plutôt simple. C’est ce que je me plais à penser, du moins. J’aime bien la petite bossa brésilienne qu’on improvise à l’appart avec mon père. Une bière devant un match de foot du pays. Le café du matin. Ce genre de trucs. De toute façon ici à Laguna si t’as pas le porte monnaie d’un magnat du pétrole, t’es forcément en décalage avec le monde. J’tourne la tête et je reporte mon attention sur Ya, quand elle me parle de mon père. J’me pince un peu les lèvres en haussant des épaules. Ca m’rappelle que je l’ai pas vu depuis trop longtemps, le padre. Et que je lui ai pas donné énormément de nouvelles. Il est habitué à c’que j’me comporte comme un électron libre, mais quand même. On a toujours pris le temps de s’envoyer ne serait-ce qu’un texto pour vérifier que ça va, c’qu’on fout, quand est-ce qu’on compte rentrer. J’regarde mon portable, plus de batterie. J’le range à nouveau dans ma poche, un peu résigné. « J’sais pas trop ça fait un bout d’temps que j’suis pas retourné à la maison. Mais oui j’imagine que ça va. Il avait pas mal de concerts dernièrement. Et ta mère ? » J’tourne la tête et je mate un peu la vaste pièce, comme si je m’apprêtais à la voir apparaître d’un moment à l’autre. On est quel jour déjà ? J’me relève quand elle me donne le feu vert pour une bouffe. J’suis complètement mort, j’ai besoin de dormir au moins 48h. Mais en même temps ça m’tue d’être aussi décalé de la réalité. Alors j’tente n’importe quoi pour me réveiller de cette bulle de léthargie. Comme commander des sushi et déjeuner avec ma Ya. J’file au téléphone et j’compose le numéro qu’on a si souvent composé, elle et moi, quand on était en galère de bouffe. Menus habituels ouais. « Dans 30 minutes », comme d’hab. J’m’assois sur la table et je croise mes jambes avant de hocher la tête en direction de la blondie. « Alors tu taffes pas aujourd’hui ? » j’demande naturellement, en priant pour qu’on n’soit pas dimanche. Auquel cas je vais vraiment passer pour un crétin de première.

_____


    mais avant qu'ça arrive j'voudrais
    qu'tu saches que j'ai compris,
    que j'passe mes nuits entre
    cachetons et insomnies ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MEACULPALM
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: look at you so fine make me high (jj)   

Revenir en haut Aller en bas
 

look at you so fine make me high (jj)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: MARIJUANA PON THE CORNER :: OCEAN VISTA-